Le Café Racer c’est quoi ?

C’est quoi exactement un Café Racer ? Commençons par une courte définition : le Café Racer ou « Cafra » est un type de moto. Il désigne le plus souvent une bécane monoplace, possédant un guidon bracelet et dépouillée de tout carénage. Le Café Racer, avant d’être un style, est surtout un état d’esprit.

Origine

Tout commence dans la contre-culture Britannique des années 1960. Avec les rockers et leur rock ‘n’ roll. Jeunes et indociles, les rockers voulaient des motos toujours plus rapides, personnalisées et originales pour faire la course de café en café. C’est ainsi qu’ils commencent à modifier leurs machines, pour être les plus rapide en course de rue, dans un style dépouillé caractéristique. Le Café Racer était né.

Le but ultime de la plupart d’entre eux était d’atteindre 100 miles à l’heure (soit environ 160km/h, également appelé « the ton »). Une moto, un juke-box, le principe était simple, faire une course et revenir avant la fin de la chanson. Ce type de course se nomme également « record-race ». C’est comme ça que ces motards se sont retrouvés associés à la musique Rockabilly, et leur image reste encore aujourd’hui attachée à cette culture.

Les motos avaient une apparence brute et déshabillée, tandis que les moteurs étaient préparés pour atteindre une puissance maximale. Comme la vitesse primait sur le confort, les motos recevaient des selles monoplace et des guidons bas et droits, montés directement sur les tubes de fourche, pour un contrôle plus précis mais aussi pour échapper au vent. La moitié ou parfois la totalité des carénages étaient faits main, les réservoirs, en aluminium, étaient souvent laissés bruts et non peints.

Les machines qui définissent le mieux cette catégorie sont sans doute celles qui mélangent les Norton et les Triumph (aussi appelées « Triton »). Elles utilisaient le moteur le plus rapide de l’époque, celui de la Triumph Bonneville, combiné avec le meilleur cadre de son temps, le Norton Featherbed. Ceux qui avaient un budget plus serré se construisaient une « Tribsa », un moteur Triumph dans un cadre de BSA.

C’est ainsi que le style Café Racer s’est construit, dans une Europe pauvre, en pleine reconstruction d’après-guerre, et non dans le style « customisation » américain comme on peut parfois le lire.

Bien que le mouvement Café Racer apparaisse aussi en Italie et dans d’autres pays Européens avec certains fabricants de motos, les premières motos Café Racer sont bel et bien Anglaises. L’esprit « Café Racer » va ensuite franchir les frontières de la Grande-Bretagne pour atteindre Paris quelques années après.

Actuellement

Si le Café Racer était d’origine britannique, il s’est rapidement propagé dans toute l’Europe. Aujourd’hui beaucoup de motards à travers le monde façonnent ces motos dans leur garage.

Ces dernières années ont connu un grand boom du « vintage » et les constructeurs moto l’ont bien compris. En effet leurs usines sortent des montures dites « néorétro », inspirées des Café Racer de l’époque.

BMW R Nine T

Aujourd’hui, Le style « Café Racer » devient de plus en plus répandu, des motards lambda plus ou moins bons s’aventurent dans des modifications du plus pur esprit d’origine. Ils cherchent à imiter le style « Cafra », en éliminant les éléments inutiles et en gonflant les performances des moteurs.

Pour certains c’est un effet de mode, pour d’autres la continuité de l’esprit de l’époque. Ce qui génère beaucoup de débats sur le Café Racer. Pour nous, c’est avant tout une passion.

Cet article est maintenant terminé. Nous tenons à remercier The Old Motorcycletist pour nous avoir permis d’utiliser leurs images anciennes et nous vous invitons également à aller faire un tour sur leur site. Il est rempli d’histoires sur le Café Racer. Pour finir, voici une petite sélection de nos machines préférées.

Nos Café Racer préférés:

La “Kawasator” KZ1000 de chez Kost’hor
Cafe Racer Khostor
La Yamaha 1300 XJR de chez BPMotodesign
La Norton 88 SS 500cc de 1964 d’un membre Café Racer France